Histoire des arts martiaux

arts martiaux vietnamienTai chi, Chi Kong, Pakua, Viêt Vo Dao, Kung-Fu ou encore Karaté vietnamien… Autant de mots pour désigner les arts martiaux vietnamiens. Ceux-ci ont été transmis au fil des générations, depuis plus de quatre mille ans. Leur identité a été conservée malgré les échanges techniques avec de nombreux pays, notamment la Chine. Mais au-delà des différents noms qui les désignent, leur richesse se situe dans leur philosophie, celle de tout un pays et est le témoignage historique de tout un peuple.

Un peu d’histoire…..

Les arts martiaux du Vietnam sont composés de trois disciples : le Dôv Quyên ou boxe vietnamienne, le Vât ou lutte vietnamienne, et le Vô, système de combat à mains nues et avec armes.

Autrefois, l’étude du Vô destinait le pratiquant à exercer de hautes responsabilités militaires. Les différents systèmes étaient nommés en fonction de leur région d’origine : Vo Bac Ninh au nord, Vo Quang Binh et Vo Binh Dinh au centre, Vo Lam au sud… A trois reprises, le Vô perdit son caractère secrêt et fut enseigné au peuple : lors des dynasties des Ly (1010-1225) puis des Tran (1225-1394), et sous le règne de Quang Trung (1788-1792). Le général Nguyên Hûe, qui allait devenir le roi Quang Trung et qui était considéré comme le patriarche du style Binh Dinh, utilisa le Vô pour vaincre les envahisseurs Tsing et unifier le pays. Il favorisa l’implantation d’écoles de Vô dans tout le pays. A l’époque, les généraux participaient pleinement aux combats, et devaient maîtriser les dix-huit disciplines de combat traditionnelles (épée, lance, sabre, cavalerie, combat naval…). Une Académie royale des arts martiaux (Giang Vo Duong) accueillait et formait ces guerriers.

Durant la colonisation française (1887-1945) le Vo fut interdit, mais continua à se pratiquer en secret. Après l’annonce de l’indépendance, il fallut attendre la permission du gouvernement de l’ouverture de l’école Vovinam en 1950 pour que le Vo devint à nouveau accessible à l’ensemble de la population. Une fédération, la Tong Hoi Vo Hoc Viet Nam, fondée dans les années 1960, encouragea le développement de cet art martial. A nouveau interdit de 1975 à 1988 car jugé trop réactionnaire, le Vo réapparut et une nouvelle fédération, la Lien Doan Vo Dan Toc Viet Nam, fut créée.Vo_Lam.JPG

Viet Vo Dao extrait du terme “Vovinam Viet Vo Dao”   (« Voie des arts martiaux vietnamiens ») écoles d’ arts martiaux , Vo Thuat (« Art du combat à mains nues »), Vo Ta ,Vo Co Truyen sont des noms collectifs pour désigner les arts martiaux vietnamiens

Le Võ est à l’origine l’art de la guerre. Le mot « Võ » indique l’idée de combat, de guerre.

Le Viêt-nam possède des techniques martiales spécifiques à son histoire. Colonisé pendant des millénaires, en but à des adversaires plus forts et plus nombreux, il a dû élaborer un art où, comme l’a énoncé le célèbre général du XIIIème siècle, Trân Hung Dao, il faut combattre « le long avec le court », « le beaucoup avec le peu » et où le souple gagne sur le dur. Les occupations successives du sol vietnamien ont renforcé l’aspect secret du Võ, qui a pratiquement toujours été clandestin.

Dix-huit disciplines regroupaient l’ensemble du savoir martial: combat aux pieds et poings, immobilisations, armes diverses (lance, épée, sabre, tir à l’arc, guisarme, armes de jet,…), maniement d’armes à cheval, etc., mais aussi stratégie et commandement d’armée.

Ce bloc de connaissances représenterait maintenant l’ensemble des techniques militaires d’une armée (infanterie, artillerie, cavalerie, génie,…). Cela impliquait de longues études à l’issue desquelles plusieurs voies étaient possibles: devenir maître de Võ, général d’armée, garde du roi, escorteur de convois ou encore entrer dans l’anonymat.

Les généraux qui maîtrisaient le Võ, s’ils connaissaient la stratégie, la tactique et le commandement, étaient aussi des guerriers accomplis qui combattaient au sein de la bataille et pouvaient défaire eux-mêmes de nombreux adversaires. La maîtrise de ce savoir complet alliant théorie et pratique exigeait des années et des années de travail.

Pour en savoir plus,  www.vo-thuat.net , et merci à Christophe DALMAZ dit Tof pour la collaboration à cet article par ses judicieux renseignements!.

Visitez aussi www.masterfight.net, c’est un magazine sur le net d’arts martiaux et de sports de combat vous propose des stages, des évènements, bref toute l’actu des arts du combat.
.

Découvrez les autres voyages proposés

Cet article vous a plus, partagez le!

sylvie vietnam vagabondage

Conseillère en voyage – partenaires depuis + de 10 ans d’agences locales installées au Vietnam - Laos - Cambodge et Birmanie. Je vous organise des voyages hors des sentiers battus et avec guide privatif francophone . Vous désirez vous balader au Vietnam sans les contraintes d’un tour opérateur ? Vous rêvez d’un voyage à la carte avec juste un accompagnateur qui deviendra au fil du temps un ami ? Avec Vietnam Vagabondage, vous pourrez vivre pleinement vos vacances tout en profitant d’un accompagnateur pour vous évader en toute sérénité et sécurité. Depuis l'année 2002, je sillonne le Vietnam à la recherche d' insolite. J'ai voyagé de multiples façons, en voiture, train, a pied, vélo, moto, barque , dormant quelques fois dans des hôtels mais principalement chez les habitants pour être au plus proche d'eux. J'ai découvert le Laos et le Cambodge depuis 2015, de la même façon... novembre 2019, j'ai effectué mon deuxième voyage de repérage pour le Myanmar (Birmanie)...

Les commentaires sont fermés