Jour 01- Lao Cai – Bac Ha en passant par Muong khuong et Coc Ly en circuit moto

Premier jour : Lào Cai – Mường Khương – Lùng Khâu Nhin – Coc Ly -Bac Ha
250 km de route en passant plusieurs cols avec un dénivelé de 300 à 1600 m à la rencontre des H’mong Rouge, Vert et Noir, Dzao au pantalon serré, Tay, Nung, Zay…

Arrivé à la gare de Lao Cai à 5h 30 après une nuit très bruyante comme d’habitude. Le confort des wagons à beau être en  classe supérieure, le bruit du frottement des roues sur les rails n’a pas changé et si vous avez oublié vos boules Quies vous risquez de passer une nuit à ne pas dormir. Donc c’est encore endormis que nous nous sommes installés au premier com pho de la gare. Nous avons près de deux heures à attendre pour récupérer la moto qui n’a pas voyagé dans le même train. Il fait déjà chaud , taux humidité dans les 60%. J’ai  bien l’ impression que j’ai encombré mes bagages de polaire et sweat chauds pour rien mais comme nous montons à plus de 2000 m, il devrait y faire plus frais et voyager à moto risque d’être un peu froid.

La moto récupérée, un café avalé, mon sac à dos bien amarré sur le porte bagage et nous voici prêt à commencer nos 250 km de folle chevauché avec une vitesse de pointe extrême: maxi 60 km/h  dans les descentes  et un gros 25 km/h dans les montées, avec de temps en temps du sur place, donc obligation pour moi de descendre de la moto et de continuer la montée à pied! 👿

route Lao Cai - Bac Ha route Lao Cai - Bac Ha

A Bàn Phiêt, nous quittons la D 70 pour prendre la D4. Muong Khuo est à 53 km nous monterons de 300 à 1530 m d’altitude en passant par des cols aux paysages vertigineux.  Le voyage est agréable, la route est sinueuse entourée de plantations d’ananas puis de thé au fur et à mesure que nous montons en altitude.

plantation ananas vietnamplantation de thé au vietnam

Nous sommes dans la brune, la visibilité se réduit de plus en plus et il faut se méfier des nombreuses rencontres avec des buffles pour qui la route est leur lieux de vie habituel. bouse de buffle route au vietnam

Il faut surtout faire attention de ne pas glisser sur les bouses de buffles qui jonchent panneau indicateur routier vietnamrégulièrement la route, d’ailleurs des panneaux d’avertissement on étés posés sur le bord des routes!

buffle sur la route au vietnam Il faut aussi se méfier des cochons, poulets, canard, chiens, humains qui ont tendance à débouler de nulle part et généralement à la sortie d’un virage à la visibilité restreinte pour nous les motards!
Certaine rencontres ont faillis nous faire tomber, heureusement que Loc est très prudent et vigilant en conduisant.

Arrivé à Muong Khuo, petit district frontalier pas vraiment ouvert au tourisme. La ville est très vite traversé; une rue principale bordée de quelques maisons . Très peu d’animation et activité commerciale, les habitants sont principalement agriculteurs et occupés à leurs cultures. Le marché exotique de Muong Khuong a  lieu le dimanche .  Il est fréquenté par des Tu Di, Pa Di, Tay, Hmong Fleuri, Nung et Dao.

A la sortie de Muong Khuo, nous bifurquons vers Lùng Khau Nhin. Nous montons toujours, il fait nettement plus frais et j’apprécie mon polaire. La route est escarpée mais carrossable, quelques  masures au bord de la route mais peu d’habitant au km 2 .

Les villages que nous rencontrons sont minuscules et sans grand intérêt. La seule attraction majeure restant le marché où des minorités se retrouvent pour des échanges de toutes sortes. la plupart des montagnards partent la vielle pour être tôt le matin sur le marché. on y apporte toujours quelques chose pour trouver le moyen de négocier ou faire du troc. L’alcool de riz coule à flot . Le soucis c’est qu’il faut toujours le gouter pour savoir si il est bon avant d’en acheter la valeur d’une petite bouteille… si bien que vous repartez avec 25 ml en bouteille dans le sac et … un bon demi litre dans l’estomac!!

..

Quelques fois au détour d’un virage, des femmes remontent la route en revenant de la ville, nous sommes à 10 km de Cao Son. Elles marchent d’un pas alerte et me croisent avec un regard étonné de voir une blanche en moto mais  toujours un grand sourire aux lèvres et un petit signe de la main en guise d’amitié.

femmes Hmongs route de Coc Ly 

Et pour le plaisir de belles rencontres d’enfants revenant de l’école.

Arrêt à Cao Son pour le repas de midi, il ne fait pas chaud , nous sommes à 1600 m d’altitude. L’endroit est agréable, grande maison aménagée avec deux chambres pour recevoir des voyageurs. Nous avons déjeuné de brochette de porc, nem, légumes bouillis ( bettes et courgettes amère) et porc sauté avec du riz à volonté. Un petit verre d’alcool de maïs m’a aimablement été offert. Je n’aime pas l’alcool de maïs c’est trop fort, on a l’impression de boire de l’alcool à 90°, l’alcool de riz est beaucoup plus doux et gouteux.
Après le repas, j’ai été invitée à faire la sieste dans une des chambres qui était occupée, ( sac à dos , basket…) fatiguée de ma petite nuit dans le train, je ne me suis pas faite priée et me suis couchée sur le duvet au bord du lit. j’ai du m’endormir tout de suite. Au réveil j’ai recherché Loc, personne. Personne nulle part,toute  la maisonnée avait disparue.

Tout le monde était à la sieste, Loc aussi car je l’ai vu sortir de la chambre à coté de la mienne. Ça se passe comme ça au Vietnam : tu veux dormir, voici ma chambre. Tu veux te doucher, occupes ma salle de bain. Tu veux manger, prends un bol de riz !
Il est 14 h et le temps se gâte, un vent froid se lève et le brouillard se fait de plus en plus dense. La vue des montagnes noyées dans la brume est impressionnante. La route monte de plus en plus et devient de moins en moins roulante.  Au bas, se déroule la rivière Chay .

Sù Kha Là , l’asphalte se fait rare et la progression devient difficile, nous roulons dans les ornières ou sur des cailloux . Les virages sont en épingles à cheveux et la conduite s’avère délicate.

Nous tombons sur le chantier du barrage de Coc Ly sur la rivière Chay. Le chantier est conséquent et risque de durer longtemps, la route n’existe plus et le passage est impraticable en voiture.

J’ai dû descendre de la moto et passer à pied. Loc a fait preuve d’une belle  dextérité à conduire pour pouvoir passer  avec  la moto, moi j’ai du faire attention pour marcher et ne pas glisser en marchant dans la boue.  Les photos se passent de commentaires.

…..Le

Le chantier passé, nous avons voulu prendre la route de Coc Ly – Nâm Kê, celle qui traverse la forêt et nous permet de rejoindre Bac Hà en 20 km, mais la route n’est qu’un mauvais chemin de cailloux.

Après une tentative de 2 km dans des conditions impossibles, ( danger pour nous et risque de casser la mécanique) nous avons décidé de rebrousser notre chemin.
Nous sommes donc retourné et avons repassé le chantier. Boue à l’aller, boue au retour, mes chaussures ont adoré!

Coc Ly –  Bac Ngam la route est en meilleur   état: on va se faire dans les 50 km au lieu de 20 km mais de toute façon de l’autre coté ce n’était pas envisageable. La moto donne des signes de faiblesses, elle n’a pas trop supporté le mauvais chemin de tout à l’heure et la chaine s’en ai trouvé distendue, la carburation est limitée lors de changement des vitesses, nous ne montons pas les côtes à plus de 20 km à l’heure, à cette vitesse poussive nous ne sommes pas arrivés.

La conduite est plus aisée bien que notre route s’apparente plus à un  chemin de terre, qu’à une voie carrossable. Par chance  le sol est sec, nous arriverons donc sans chute et soucis de mécanique sur la « grande » route qui relie Bac Ngam à Bac Hà.

En arrivant  près de Bac Hà, le paysage change, nous traversons de sombres forêts de pin.

Arrivée sur Bac Hà vers 17 h 30, il était temps la nuit commençait à venir et rouler dans la nuit, ce n’était franchement pas l’idéal, surtout au point de vue sécurité!
Ravis , enchantés de se retrouver à l’hôtel, nous n’avons pas mis de temps à délester la moto de nos sacs à dos et la laisser  se reposer ( la pauvre , elle avait bien craché , toussé pendant les montées) pour prendre d’assaut nos chambres respectives.  Fatiguée du voyage, les fesses en compote après 250 km de trampoline, je me suis offert le luxe de me prendre un bain. Et oui j’avais une baignoire dans ma salle de bain, un vrai luxe que je n’allais pas retrouver au fil de mon voyage, alors profitons en!

.

Envies d'en savoir plus sur nos voyages au Vietnam?

sylvie vietnam vagabondage

Directrice pour la partie francophone, de l'agence située à Hanoi, je vous organise des voyages hors des sentiers battus et avec guide privatif francophone au Vietnam - Laos et Cambodge. Vous désirez vous balader au Vietnam sans les contraintes d’un tour opérateur ? Vous rêvez d’un voyage à la carte avec juste un accompagnateur qui deviendra au fil du temps un ami ? Avec Vietnam Vagabondage, vous pourrez vivre pleinement vos vacances tout en profitant d’un accompagnateur pour vous évader en toute sérénité et sécurité. Notre agence de voyage au Vietnam existe depuis octobre 2009.

Un commentaire

  1. yvan le terrible

    Te voilà repartie dans tes délires. Je comprends pourquoi tu dis que tu ne proposes pas ce voyage à moto, vu l’état des routes! ce n’était pas trop dangereux tout de même? et tu ne t’es pas sentie en insécurité car visiblement tu t’es enfoncé dans les montagnes et là bas ils ne doivent pas être habitués à voir des étrangers.Continues à nous faire rêver de tes aventures , bises Yvan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La modération des commentaires est activée. Votre commentaire peut prendre un certain temps avant d'apparaître.