Qui suis-je ?

Sylvie, un petit bout de femme de 1m57 . 49 kg . 50 ans … qui est parti toute seule, un beau jour, sillonner le Vietnam. Pas vraiment de danger dans ce pays, je me fonds dans la masse, je suis petite comme eux !! Souvent on m’a demandé si je n’étais pas métis ….. Alors vous voyez bien que je suis faite pour vivre dans ce pays !! J’ai sillonné le pays de long en large depuis près de 7 ans en y restant de plus en plus à chaque fois.
J’ai écris « Impressions vietnamienne » lors de ma première pause de 6 mois au Vietnam en 2004. Depuis, je partage ma vie entre le soleil du midi du coté d’Aix en Provence et ma chambre d’hôtel habituelle près du lac Hoan Kiem à Hanoi. Mon métier est à multiples facettes puisque je suis Créatrice- Conceptrice de produits multimédia tel que blog, site web, DVD et CD interactif et rédactrice de reportages écris.

Pourquoi le Vietnam ?
Le Vietnam est un pays que j’ai rencontré à travers les récits de mon père. Celui-ci y a vécu plus de 2 ans pendant la période Indochine. Il m’a bercé de ses histoires, il m’a parlé des effluves que dégagent les bannias le soir à la tombée de la nuit, de l’odeur si caractéristique, acre et putride, du jacquier …. il m’a fait rêvé au peuple H’mong qui se promène à demi nu et cuit le poulet en l’enveloppant de terre pour ensuite le jeter dans le feu … Il m’a narré les fumeries d’opium… les femmes au sein découvert, signe de fécondité…. Gamine, mes rêves ont été annamites, bercés de bruit et d’odeur d’Asie. Je m’étais promise d’y aller à l’age adulte. En attendant ce jour bénit, j’ai dévoré toutes les informations et lectures possibles évoquant ce pays. Et puis, un jour je l’ai fais, j’y suis allée .

no images were found

Combien de fois y suis-je allée?
J’ai visité ce pays pendant 15 jours avec une agence de voyage. Pas de quoi s’imprégner vraiment. J ‘y suis retournée une deuxième fois avec mon époux et ma fille , et puis seule une troisième, quatrième, cinquième…etc… Un jour j’ai crée une association « La palanche ». L’association la Palanche avait pour mission, avec des fonds récoltés en France, d’aider les écoles des minorités H’mongs et Zao dans la province de Lao Cai des montagnes du nord, à la limite de la frontière Chinoise. Ayant une entreprise de multimédia, j’ai utilisé tous les supports possibles pour mon association : vidéo, exposition photo, Cédérom photos. J’ai sillonné les écoles primaires et secondaires de la région PACA , pour montrer au gamin le Vietnam , mon Vietnam.. J’ai fait des expositions dans les médiathèques des Bouches du Rhône. L’association vendait cartes de vœux , photos , CD. Elle louait aussi ses expositions photos aux comités d’entreprise et offices de tourisme des villes de la région. Avec l’argent récoltée, l’association a acheté des fournitures scolaires pour les livrer dans la province de Sapa -Bac Ha. Nous visitions chaque école et procédions à la distribution de fournitures scolaires… Dans les régions montagneuses, les gens sont très pauvres, ils n’ont rien. Cultivateurs, ils vivent suivant les saisons et mangent au grès des caprices de la nature. Ils ont très peu d’argent et vivent essentiellement de troc. Les écoles sont totalement démunies. Ce sont des vieux baraquements datant de la colonisation Française. Les classes ressemblent à celle que Doisneau photographiait dans les années 1950. Les enseignants n’ont aucun matériel pédagogique pour aider à leur fonction. Nous apportions donc tous ce qu’il faut ; cahier , crayons, feutres, peinture , compas , règle, rapporteur, carte du Vietnam….. et livres de bibliothèque en vietnamien . Nous achetions le tout à Hanoi, car nous voulions absolument que les enfants utilisent les produits locaux.

no images were found

Et un jour le destin s’en est mêlé.
46 ans. Divorce. Perte de mon entreprise donc perte de mon travail. Vente de la maison…… Plus vraiment d’obligation de vivre en France. Je décide de franchir les quelques 15000 Km qui feront de moi une Vietnamienne d’adoption. J’ai passé des week-ends et des nuits blanches a créer des produits multimédia et littéraire tel ce site , un DVD de photo , un DVD vidéo et un récit de voyage. Mes efforts n’ont pas été vains car j’ai réussi à créer un petit réseau d’amoureux de ce pays. Grâce à la vente de mes produits, chaque année quand je repars au Vietnam, j’ y vais avec un pécule qui me permet de continuer mon action. Toute seule… dans le silence …. Mais le tapage ne fait pas forcément avancer les choses. Voilà c’est aussi si simple que cela.

Et je fais quoi de l’argent récolté ?
Ma mission est très modeste… car mes moyens financiers le sont aussi .
Je continue l’ action de mon association la palanche( elle n’existe plus) en livrant des fournitures scolaires pour les petites écoles perdues dans les vallées aux alentours de Sapa. Chaque année je suis attendue, avec bonheur et je m’ en voudrais beaucoup de ne pouvoir venir … car les enseignants n’ ont pas grand chose pour faire l’ école aux enfants et les quelques crayons de couleurs ou cahiers que je dispatche sont d’ une grande utilité. Au fil des années, j’ ai participé aux études d’ anglais …200 000 dôngs par mois x 10 mois pour une jeune fille adorable de 19 ans ( l’ âge de ma fille à cette époque). J ‘ai donné l’ argent à un copain qui vit sur Hanoi et qui paie l’ école chaque mois pour la jeune fille. J’ ai participé à l’ achat des planches de bois pour permettre à ma petite famille de Taphin de terminer sa maison. Moi, cela ma coûté 35 euros, pour eux c’ était plus d’ un mois de salaire donc impossible à réaliser en une fois. J’ ai aussi habillé quelques gamins des rues qui en avaient bien besoin. Chaussures et pantalon. Le reste de l’argent est parti en sirop anti-toux, médicaments anti-douleurs, dictionnaire Anglais- Vietnamien, aide pour payer des études, des voyages en train pour permettre à des étudiants de revoir un peu leur famille habitant en campagne, vêtements , chaussures, livres… Argent distribué aux mendiants du lac Hoan Kiem ,( durant mon séjour ils auront pu manger un peu mieux. Comment feront-ils quand je serais parti ? je sais ce n’ est pas évident, mais malheureusement je ne peux pas aider tout le monde et tout le temps).
Repas pour une veille femme bloquée à l’ hôpital, elle avait tout juste un bol de riz par jour, comment voulez -vous qu ‘elle se rétablisse? Aide pour une jeune femme et son petit bébé, trouver un logement décent, acheter du lait, vêtements etc… Et puis d’ autres trucs que je ne comptabilise pas et que j’ achète au fur et à mesure des besoins de ceux que je rencontre….. ha oui! j’ ai acheté une paire de lunettes de vue d’ occasion 150 000 dôngs , elle sert à toute la famille !!!!
Au fait, suivant le cours du change 22 000dôngs = 1 euro Français et 15700 dôngs= 1 US
Voilà je me suis fait plaisir en faisant plaisir et c’est le meilleur des plaisirs…

no images were found

Le Vietnam évoqué dans les souvenirs de mon père, m’avait-il préparé à une telle réalité ?
Quand je suis arrivée au Vietnam , je n’ai pas vraiment été étonnée. Je m’étais préparée à sa culture et surtout j’avais compris son mode de fonctionnement. Il est bien évident que mon premier Vietnam des années 2000 n’est pas celui des années 1945 de mon père, tout comme celui de 2008 car tout change vite, très vite…. . Mais bien que ce pays ai connu beaucoup de bouleversements dû en partie aux différents guerres qu’il a du assumer pour retrouver son autonomie, ce pays est resté authentique. Ce pays a deux faces, une pour le touriste de base, qui se contente de voyager en troupeau et s’efforce d’apprécier ce que l’on veut bien lui donner à voir et l’autre face , pour des gens comme moi qui veulent s’imprégner du pays en prenant le temps de se poser. Et là c’est du bonheur à l’état pur , de l’émerveillement quotidien. Le Vietnam n’est pas une réalité , dans ce pays il n’y a rien qui ne gène, qui ne choque , c’est tout simplement une culture totalement différente à la notre. Pour voyager et vivre dans ce pays , il suffit de quitter son esprit cartésien d’Européens nantis et simplement se laisser bercer comme dans un hamac à l’heure de la sieste… Les vietnamiens sont des gens simples. Ayant peu de moyens financiers, ils vivent au jour le jour, ils ont appris à se débrouiller. Ils connaissent encore la communauté , le partage, l’aide . Ce qui fait d’eux des gens forts , capable de, à l’inverse de nous qui devenons des assisté chaque jour… c’est peut être tout simplement cela qui gène les européens et qui leur fait dire « vous êtes vous préparé à une telle réalité ? »
Je le répète , il n’y a pas de réalité , il y a de la réussite , il y a un pays , un peuple, qui veut oublier les mauvais jour et qui a une rage de vivre et de réussir ENORME . Enorme au point, c’est certain, que cela puisse gêner et être qualifié de réalité !

Dans mon récit, je parle de villages très reculés qui semblent vivre encore au Moyen-Age . Comment ai-je abordé ces populations ?
Ce n’est pas moi qui les ai abordé mais eux ! C’est mon « guide-chauffeur à moto » qui m’a proposé de tenter de vivre dans une famille des minorités .
La petite famille qui m’a accueilli était très fière de m’inviter chez elle. La mère s’excusait toujours de ne rien avoir à me proposer, autre qu’un maigre repas ou le lit de leur enfants. Ils étaient un peu gênés mais quand ils ont compris que je me trouvais très bien avec eux, il n’y a eu aucun problème et chacun a repris sa place. Toute la vallée est venue me visiter, le traducteur était épuisé de répondre à quantités de questions. Les préoccupations première était « mais qu’est ce qu’elle peut bien nous trouver de si bien au point de vouloir vivre avec nous ! »
Et puis quand ils ont compris que c’était parce que j’étais bien avec eux , chacun est repartis à ses occupations et ne s’est plus occupé de moi . J’ai ainsi passé une semaine complètement acceptée, je faisais partie intégrante de la famille qui m’hébergeait.
Pour vivre en harmonie avec les minorités vietnamiennes, il faut d’abord se fondre dans la masse et leur prouver que l’on se pose dans leur pays par amour et non par curiosité. Il ne faut pas jouer au touriste qui se ballade en permanence avec son appareil photo. Il faut rester prêt d’eux et essayer de dialoguer. Pas besoin de connaître la langue, les gestes suffisent ! A partir de ce moment là , une confiance et une osmose s’installe et vous vous trouvez embarqué bras dessus, bras dessous dans la visite guidée du village. Ce sont des gens très curieux , un peu effronté mais absolument pas agressif.

Quel est pour moi le goût du Vietnam ?
Le goût de la simplicité, le goût de l’instant présent. Le goût de l’amour et d’une certaine liberté intérieure qu’on a tendance à avoir totalement oubliée en Occident.

no images were found

Les livres qui m’ ont accompagnée au cours de ce périple ?
Aucun !! J’avoue !! J’y suis allée au feeling, Je me suis renseignée auprès de la population, j’ai regardé les circuits des agences locales et j’ai pris les même destinations qu’eux mais seule. Je me suis posée dans des villages qui m’inspiraient. J’ai fais des visites au hasard des rencontres de familles vietnamiennes qui me proposaient de partir avec eux. Je n’ai pas eu le temps de lire …trop de chose à voir ..!! Trop de rencontre à faire !! trop de bien être à engranger !!!

J’ai décidé de faire partager mon voyage en créant ce blog, puis un récit de voyage, je suis aussi active sur les forums de voyageurs… Quelques conseils à donner à ceux qui souhaitent, comme moi, s’immerger dans la culture vietnamienne ?
La culture vietnamienne peut être une culture difficile à supporter pour un européen habitué à ce que tout aille vite et de suite. Au Vietnam, il n’y a pas vraiment d’heure. Un bus qui pars à 16 h et bien il partira avec une heure de retard ? Qu’elle importance, pourvue qu’il parte ! Pour vivre dans ce pays, il faut laisser son stress à l’aéroport et se laisser bercer. Bon d’accord, il est grouillant, bruyant, mais il y a tellement d’endroit où trouver du calme !! Ne serait ce que dans une pagode où vous êtes accueillis en toute simplicité. Vous pouvez y rester des heures sans y être ennuyé. C’est un pays où il faut se laisser transporter par la vitalité des villes et profiter de la quiétude des campagnes. Il ne faut pas se poser de questions, il faut laisser faire…de toute façon on y arrivera bien !!!! Lâchez tout : le métro, le boulot , le dodo et venez vous délecter d’un jus de mangue bien frais ça vaut tout l’or du monde . Lisez mon livre, il vous parle du Vietnam de l’intérieur, des gens de tous les jours, laissez vous porter par mes anecdotes et vous verrez que c’est un pays très facile à rencontrer.

Quels sont mes projets ?
Je retourne au Vietnam, pour le plaisir, pour y vivre deux- trois- six mois , pour revoir mes petites familles: Celle de Taphin dont je suis marraine des deux enfants, celle de Tavan qui m’a hébergé, celle de Hué, famille francophone dont les deux filles sont maintenant sur Paris, (Nguyet se marie en juin 2008 à Hué), la jeune fille de Hanoi dont j’ai payé les cours d’Anglais, qui est maintenant sur Saigon avec son petit ami ….et puis je pars vers le laos pour écrire d’autres Impressions mais Laotiennes cette fois-ci.

Sylvie Brisset

Cet article vous a plus, partagez le!

sylvie vietnam vagabondage

Conseillère en voyage – partenaires depuis + de 10 ans d’agences locales installées au Vietnam - Laos - Cambodge et Birmanie. Je vous organise des voyages hors des sentiers battus et avec guide privatif francophone . Vous désirez vous balader au Vietnam sans les contraintes d’un tour opérateur ? Vous rêvez d’un voyage à la carte avec juste un accompagnateur qui deviendra au fil du temps un ami ? Avec Vietnam Vagabondage, vous pourrez vivre pleinement vos vacances tout en profitant d’un accompagnateur pour vous évader en toute sérénité et sécurité. Depuis l'année 2002, je sillonne le Vietnam à la recherche d' insolite. J'ai voyagé de multiples façons, en voiture, train, a pied, vélo, moto, barque , dormant quelques fois dans des hôtels mais principalement chez les habitants pour être au plus proche d'eux. J'ai découvert le Laos et le Cambodge depuis 2015, de la même façon... novembre 2019, j'ai effectué mon deuxième voyage de repérage pour le Myanmar (Birmanie)...

2 commentaires

  1. Bonjour Sylvie,
    Je suis tombée sur votre site en feuilletant une par une les sites ou blogs concernant les écoles du Laos. J’admire votre courage et votre force. Je vis en France, et en tant que laotienne je ne désespère pas d’y retourner pour y vivre. Je vais partir le 15 septembre pour un mois. Si jamais vous passiez par là !
    à bientôt
    South

  2. Bonjour Sylvie,
    J’ai fait un petit article sur mon blog qui paraitra la semaine prochaine, concernant le Vietnam et les amoureux du Vietnam. Vous y verrez apparaitre l’adresse de votre blog. J’admire votre volonté, votre courage, votre entousiasme. J’espère qu’un jour nos chemins se croiseront, pourquoi pas là bas.
    Amitiés, Eve

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *